Demi-finale choc ce soir entre les Belgian Cats et la Serbie, le Brésil du basket féminin

La Belgique affronte la Serbie en demi-finale du championnat d'Europe de basket féminin ce soir (21h00) à Valence en Espagne. De quoi faire rêver les Belgian Cats. Les filles de Philip Mestdagh ont en effet coché un nouvel objectif dans leur liste établie avant cette 38e édition de l'Euro, celui de disputer la première finale de leur déjà riche histoire.

Médaillée de bronze à l'Euro 2017, 4e de la Coupe du monde 2018, 5e de l'Euro 2019, qualifiée pour les Jeux Olympiques le mois prochain à Tokyo, et déjà avec un billet en poche pour les tournois de qualifications en vue de la Coupe du monde 2022 en Australie, la Belgique est présente au plus haut niveau depuis 4 ans.

La Serbie aussi. C'est sa quatrième demi-finale européenne sur les cinq dernières éditions.  Championnes d'Europe en 2015, médaillées de bronze des JO de Rio en 2016, 3es encore sur le podium chez elles à l'Euro de Belgrade, les Serbes sont euphoriques, qui plus est après leur victoire en quarts de finale, et après prolongation, leur 2e de ce championnat d'Europe, face à leur bête noire, l'Espagne, double tenante du titre. Leur premier succès face aux Espagnoles dans un rendez-vous officiel.  Euphoriques mercredi, les Serbes sont revenues sur terre pour préparer leur duel face aux Belgian Cats "qu'elles respectent".

Avec une équipe aussi expérimentée que talentueuses avec la dernière danse de Sonja Vasic (ex-Petrovic) qui tirera sa révérence après les Jeux Olympiques, à 32 ans, avec une moyenne de 16,3 pts et 6,8 points par match pour l'instant. La Serbie est au basket féminin ce que le Brésil est en foot, pétrie de talents et de folie.

Avec, notamment, Jelena Brooks (ex-Milovanovic), Aleksandra Crvendakic, 25 ans, Ana Dabovic, 31 ans, Tina Krajisnik (ex-Jovanovic), 30 ans, et une meneuse américaine naturalisée depuis novembre 2020, Yvonne Anderson, 31 ans, qui tourne à 14,5 points de moyenne pour 2,3 assists, la Serbie ne manque ni d'atouts ni d'expérience.

Emma Meesseman le sait, "les Serbes ont de l'expérience et connaissent tous les trucs que les arbitres ne vont pas siffler et elles vont jouer encore plus dur sur moi". L'intérieure flandrienne, 28 ans, en mode MVP et qui doit jouer d'autant plus de minutes de par l'absence de Jana Raman (forfait juste avant le tournoi) est magistrale depuis le début de l'Euro avec 23,8 pts, 8,5 rebonds et 5 assists par match, meilleure joueuse actuelle de la compétition. Kim Mestdagh et Julie Allemand, auteur du panier décisif contre la Russie en quarts de finale, sont montées en puissance. Antonia Delaere et Kyara Linskens ont haussé aussi leur niveau de jeu dans une équipe qui grandit au fil du tournoi. Reste à voir si cela permettra de passer le cap serbe. L'autre demi-finale, à 18h00, opposera la France, injouable pour l'heure, à la Biélorussie, invitée surprise du dernier carré.

Belga

Toutes les nouvelles

Encore 184 jours jusqu'aux
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Vuokatti 2022