Entrée en vigueur de la Convention internationale sur la manipulation de compétitions sportives

En septembre 2014, plusieurs pays ont signé la « Convention du Conseil de l’Europe sur la manipulation de compétitions sportives » à Macolin en Suisse. Malgré ces bonnes intentions, l’entrée en vigueur est longtemps restée bloquée suite à l’absence des ratifications nécessaires, à savoir les entérinements officiels de cette légalisation par le parlement ou le chef de l’État du pays. Suite à la récente ratification par la Suisse – le cinquième pays après la Norvège, le Portugal, la Moldavie et l’Ukraine – la Convention peut maintenant entrer officiellement en vigueur à partir du 1er septembre 2019.

Cette entrée en vigueur officielle de la Convention est une étape importante dans la lutte internationale contre la manipulation de compétitions sportives et le trucage de matchs. Il s’agit en effet de la première Convention internationale juridiquement contraignante qui doit lutter contre la manipulation de compétitions sportives. Elle doit devenir un outil important pour lutter contre cette problématique internationale en favorisant, par exemple, la collaboration entre différentes instances et l’échange d’informations.

Dans le cas spécifique de la Belgique, la Convention a déjà entraîné la création de la Plateforme fédérale « Match fixing » dirigée par la police fédérale en Belgique. Le COIB en était d’ailleurs un des partenaires fondateurs. Avec cette Plateforme, la Belgique a déjà devancé la Convention, puisqu’elle a créée dès fin 2016. Avec l’entrée en vigueur imminente de la Convention, tout le monde s’attend maintenant à ce que plusieurs États membres du Conseil de l’Europe – dont éventuellement aussi la Belgique – procèdent à la ratification officielle.

Les activités organisées dans le cadre du projet européen POINTS ont déjà souligné la volonté du COIB de jouer un rôle de pionnier dans la lutte contre la manipulation de compétition. Le but de ce projet est de soutenir les fédérations et Comités olympiques dans le cadre de la mise en place d’‘interlocuteurs-intégrité’, dont la lutte contre la manipulation de compétitions fait aussi partie. Le COIB collabore à cet effet avec plusieurs partenaires en Belgique dont Sport Vlaanderen, l’Adeps et l’asbl ICES (Centrum Ethiek in de Sport). Une séance d'information destinée aux fédérations sera organisée sous peu dans le cadre du projet POINTS. Les détails seront communiqués au plus vite.

Les fédérations qui ont des questions liées à la manipulation de compétitions ou au projet POINTS peuvent toujours contacter Matthias Van Baelen (m.vanbaelen@olympic.be) que le COIB a désigné comme interlocuteur.

Toutes les nouvelles

Encore 48 jour jusqu'au
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Frioul-Vénetie julienne 2023