134
Jours jusqu'aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'été - Buenos Aires 2018

Jaouad et Badr Achab : J’essaie qu’il suive mon chemin et même qu’il aille plus loin que moi !

Ils sont tous les deux des pépites du taekwondo belge. Jaouad (25) et Badr Achab (16) sont frères. Ils ont 9 ans de différence mais sont passionnés par leur sport. Le premier, Jaouad, a été champion du monde des moins de 63 kilos en 2015. Le second, Badr, a remporté la médaille de bronze aux Championnats du Monde juniors et s’est qualifié pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront en octobre à Buenos Aires, en Argentine. Rencontre.

Jaouad, tu dois être fier que Badr ait décroché une médaille au Championnat du Monde Junior ou encore sa qualification pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront à Buenos Aires ?

Jaouad : Bien sûr, ce qu’il a fait est historique. Personne en Belgique n’avait remporté une médaille aux championnats du monde juniors et en plus, il s’est qualifié pour les JOJ. Malgré un tirage au sort difficile, il a eu une bonne préparation, il a réussi à bien se concentrer. Il a pu passer 4 combats avant d’échouer en demis. Je pense qu’il avait les capacités pour remporter sa demi-finale et même devenir champion du monde junior. Mais il a joué un peu de malchance en perdant d’un petit point (14-13) contre son opposant iranien. C’est le sport, c’est comme ça. Mais ça veut dire qu’il peut le faire. Il doit travailler encore plus. Espérons qu’il le fera en seniors et aux JOJ.

Jaouad on connait ton palmarès à seulement 25 ans. Badr tu commence chez les seniors. Quels sont les aspects qui vous inspire le plus l’un chez l’autre ?

Badr : En fait, de base Jaouad m’inspire totalement. Vu que c’est mon frère. Il m’aide toujours, et surtout dans les entrainements. Chaque fois qu’on se bat, on ne dirait pas qu’on est des frères.

Jaouad : Quand on s’entraîne on se donne à fond. Lui il essaie de faire le maximum qu’il peut et moi j’essaie de lui montrer un meilleur exemple dans mes entraînements, dans mon caractère, dans ma vie personnelle. Donc tout ce que je fais j’essaie d’être un meilleur exemple pour lui, de lui montrer la voie à suivre. J’essaie qu’il suive mon chemin et même qu’il aille plus loin que moi !

Quand vous étiez petits vous vous battiez ensemble ?

Il y a quelque chose d’unique chez Jaouad, c’est presque un des seuls athlètes belges à dire ouvertement qu’il veut la médaille d’or aux Jeux Olympiques. Toi, Badr, tu partages la même ambition ?

Badr : Bien sûr, si je vais là-bas c’est pour la médaille d’or. Je veux y croire. Si quelque chose arrive, la malchance en demi ou en quart, ça peut arriver. Mais je vise la médaille d’or. Je la veux.

Jaouad : On essaie toujours d’avoir une mentalité de gagnant. Ça ne veut pas dire qu’on parle trop ou qu’on est trop ambitieux, ou pas réalistes. On est réalistes et on dit ce qu’on pense. Et je pense qu’il est capable de prendre une médaille aux JOJ. Même à Rio, j’étais capable de prendre la médaille d’or. Et je l’assume encore. C’est vrai que ça n’a pas été le cas, mais c’était possible. Je sors en demi-finale contre le Russe Alexey Denisenko, je l’ai battu deux fois, avant et après les Jeux. Et pendant les Jeux je perds contre lui. Donc notre ambition, notre manière de réfléchir, d’y penser, on y croit. On ne va que pour ça. Si je sais que je ne suis pas capable, ou qu’il sait qu’il n’est pas capable de faire une médaille, on ne le dira pas. Et notre objectif quand on part c’est pour gagner, pas pour prendre des photos.

Badr, est-ce que tu as déjà été en Argentine ? Buenos Aires, c’est une ville qui te plait ?