Lausanne 2020: 3 athlètes, un même rêve olympique

Du 9 au 22 janvier prochain, se tiendront à Lausanne les Jeux Olympiques de la Jeunesse. La Belgique y participe avec 9 athlètes dans 7 disciplines: ski alpin, ski acrobatique, hockey sur glace, short track, skeleton, patinage de vitesse et snowboard. Interview direct avec la patineuse de vitesse Fran Vanhoutte, le skeletoneur Colin Freeling et le skieur Louis Masquelier-Page au sujet de leurs ambitions et leurs rêves olympiques.

Fran Vanhoutte, 16 ans, en 5ème secondaire maths-sciences à Gistel en Flandre occidentale: ‘J'ai commencé à faire du roller à 3,5 ans au Zwaantjes Roller Club Zandvoorde et le roller est pour moi une vraie passion! Il y a un peu plus d'un an, plusieurs patineurs ont eu l’opportunité de participer au projet Road to Ice de la KBSF pour découvrir le patinage longue piste. C’est comme ça que j’ai commencé.’

Louis Masquelier-Page, 16 ans également, né en Angleterre d'une mère anglaise et d'un père belge, vit actuellement en Suisse où il est inscrit dans un ski-club depuis plus de 7 ans. A la rentrée 2019, il a été encouragé à poursuivre une carrière sportive au Bradfield College (UK) en parallèle avec les compétitions de la FIS en vue d’une sélection olympique.
‘En hiver, je passe plus de temps sur les skis qu’à l’école puis je rattrape le reste de l’année...J’espère continuer ce régime qui demande beaucoup d’efforts pendant encore deux ans puis essayer d’obtenir une place dans une université aux USA où le ski est également encouragé.’

Colin Freeling, 17 ans, pratique le skeleton depuis 2 ans; parmi ses autres passions, la photographie (voitures) et le tuning. ‘La plupart des week-ends, après l'entraînement, vous me retrouverez au meeting du club automobile local.'

Meilleures performances

Fran Vanhoutte: ‘En roller, mes meilleures performances sont mes trois médailles d'or aux CE à Pampelune en 2019. En patinage, c'est ma 17ème place au mass start à la Coupe du Monde Junior à Enschede en 2019 et aussi, bien sûr, ma sélection pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse!’

Louis Masquelier-Page: ‘Lorsque j’étais à l’école en Suisse dans la station de Villars-sur-Ollon, j’avais la possibilité de m’entraîner très souvent et de participer à de nombreuses compétitions. J’ai été champion ski romand ces deux dernières années, champion d’Angleterre U14, terminé 5ème du Championnat Suisse U16 et dans le top 20 deux fois à l’occasion des Championnats du Monde Junior à LaScara U16. A cette occasion, j’ai sympathisé avec l’équipe belge et son coach Pierre Couquelet qui est un ancien Olympien; il m’a suggéré de tenter ma première saison en FIS sous les couleurs de la Belgique. Je me suis inscrit au Club de la Vallée à Liège qui est la ville natale de mon papa et où habite ma grand-mère. C’est comme ça que l’aventure olympique a commencé.’

Colin Freeling: ‘Ma meilleure performance est selon moi ma 5ème place à l'Omega Jeunesse; j’ai pu me challenger et m’évaluer par rapport aux autres jeunes athlètes d’environ mon âge.’

Participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, qu'est-ce que cela signifie?

Fran Vanhoutte: ‘Je pense que c'est extra de pouvoir participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, je ne m'attendais pas à ça! C'est une grande motivation pour s'améliorer au maximum en peu de temps et j'ai vraiment hâte de vivre cette expérience unique.’

Louis Masquelier-Page: ‘C’est d’abord une victoire sur moi-même car le challenge était important. Cette compétition est ouverte aux 2002 et 2003. Et comme je n’ai que 16 ans, je n’ai pu commencer ma qualification pour obtenir les points FIS nécessaires (75 points étant l’exigence du COIB) qu’à partir du mois d’octobre avec 2 week-ends de course indoors. Après ça, j’ai participé à une campagne intensive de près de 15 courses en 4 semaines parcourant les Alpes françaises, suisses et italiennes en prenant mes départs parmi les derniers (vu que je n’avais pas de classement) et petit à petit, j’ai gravi les marches pour me qualifier seulement lors de la 2ème manche de la dernière course début décembre. J’ai été très fier de voir que mes efforts avaient été ainsi récompensés.

Maintenant, c’est une nouvelle aventure qui commence et je me réjouis de découvrir de l’intérieur ce que je ne connaissais que de l’extérieur. J’ai vu les JO à la télévision et aussi les compétitions d’athlétisme à Londres. C’est incroyable, maintenant je suis un athlète et plus un spectateur. C’est un rêve.’

Colin Freeling: ‘Grâce à ma sélection, je suis encore plus motivé et je veux encore plus me pousser à l'extrême! Participer à une compétition olympique me donne évidemment cette sensation extra! Mais surtout défendre mon pays lors d'un événement olympique est une magnifique opportunité.’

Idole olympique

Fran Vanhoutte: ‘Mon idole olympique est Mathias Vosté; il fait aussi du roller et a obtenu des super résultats ces derniers temps en patinage de vitesse.’

Colin Freeling: ‘Mon exemple olympique est Kim Meylemans; elle a été la première skeletoneuse belge à défendre notre pays aux Jeux Olympiques de PyeongChang en 2018. Je suis un grand fan de Kim et je l'admire énormément. Elle m'a souvent aidé et nous sommes très proches. Et puis, j’ai aussi de l’admiration pour mes (ex)-entraîneurs: Martin Rettl, Christian Steger et Raphael Maier qui ont tous participé aux Jeux Olympiques et ont obtenu d’excellents résultats.’

Louis Masquelier-Page: ‘Pour les JO en général, j’ai beaucoup d’admiration pour Lindsey Vonn et Usain Bolt. Dans l’immédiat, je suis de près l’évolution de la carrière d’Armand Marchant qui m’inspire énormément. Sa performance à l’instant avec son premier top 5 en coupe du monde à Zagreb, juste fantastique!.'

Ambitions pour Lausanne 2020

Fran Vanhoutte: ‘Je ne sais pas très bien à quoi m'attendre; ma qualification est une première victoire pour moi! J'ai patiné pendant toutes les vacances de Noël au Thialf à Heerenveen et je trouve que je me suis de nouveau améliorée par rapport à la Coupe du Monde Junior il y a quelques mois. En tout cas, je vais faire de mon mieux pour obtenir la meilleure place possible!’

Colin Freeling: ‘Mon rêve pour Lausanne est, je crois, le même que celui des autres participants; obtenir le meilleur résultat possible mais je serais déjà très heureux avec un top 6 et de préférence, une première place dans le groupe des pays plus petits sans piste.’

Louis Masquelier-Page: ‘Mon ambition pour Lausanne, c’est d’abord de vivre l’expérience olympique, de faire de nouvelles rencontres, de découvrir la cérémonie d’ouverture. Pour la compétition elle-même, je suis conscient que je suis un des plus jeunes skieurs à participer; je connais plusieurs athlètes français, suisses ou italiens qui sont très bien classés et je suis réaliste. Mon ambition est de faire de mon mieux, de prendre des risques et d’essayer de faire partie de la première moitié du classement dans le Super G et le slalom, peut-être le premier tiers en GS, on verra. Je ne veux pas trop penser aux résultats mais plutôt skier sans regret de ne pas avoir donné mon maximum. Avant tout, mon but est de vivre l’expérience avec mon cœur car c’est déjà pour moi une victoire d’être présent.’

Premier athlète en action

Louis Masquelier-Page sera le premier athlète du Team Belgium à entrer en action le vendredi 10 janvier dans le Super G. Cela provoque-t-il un stress supplémentaire? Nous lui avons posé la question.

‘Oui et non ... Une fois que je suis dans l’esprit de la course, je ne pense plus à rien d’autre que faire de mon mieux une porte après l’autre. En plus, la première compétition est le Super G où je partirai loin derrière, donc il n’y a pas la pression comme si je devais faire un résultat attendu. La pression sera peut être au rendez-vous pour les manches de GS qui est ma discipline préférée.’

Comptes-tu aussi assister aux compétitions des autres athlètes du Team Belgium?

‘Je suis le seul skieur belge et donc malheureusement, je serai un peu isolé dans la station des Diablerets pendant les 5 jours de course mais s’il y a des compétitions accessibles pas trop loin du village olympique et que mon programme me le permet, bien sûr, j’irai supporter mes compatriotes. J’adore le freestyle et le hockey en particulier.’

Toutes les nouvelles

Encore 276 jours jusqu'aux
Jeux Olympiques d'été Tokyo 2020