"Nous vendrons très chèrement notre peau à Tokyo"

Lundi prochain (12 juillet), les hockeyeurs belges se rendront à Hiroshima, au Japon, pour effectuer leur ultime préparation avant les Jeux Olympiques. Les Red Lions débutent leur tournoi le 24 juillet (11h45 locales/04h45 belges) contre les Pays-Bas. Ce sera également l'occasion de prendre une revanche sur la demi-finale perdue lors des championnats d'Europe, le mois dernier à Amstelveen. La Belgique a dû renoncer à son titre européen au profit de l'équipe néerlandaise et a obtenu le bronze.

"Je suis heureux que nous puissions jouer tout de suite contre les Pays-Bas", a déclaré Arthur Van Doren lundi après une séance d'entraînement de l'équipe nationale sur les terrains du club de hockey Beerschot à Kontich.

"Ce sera immédiatement un match de référence dans lequel les obstacles seront exposés. Après tout, il faut évoluer dans un tournoi, et cela nous donne l'occasion de prendre un bon départ." Le sentiment de revanche n'entre pas en ligne de compte pour avec le défenseur de 26 ans qui en club aux Pays-Bas à Bloemendaal.

"Pas vraiment. On en gagne, on en perd. Ils ont gagné aux tirs au but maintenant, tout comme nous l'avons fait lorsque nous sommes devenus champions du monde. Les Jeux sont un tournoi complètement différent, c'est le sommet pour chaque athlète de haut niveau, et tout le monde est occupé par cela et non par la revanche", a-t-il souligné. Les Red Lions ont remporté tous les titres possibles ces dernières années (Coupe du monde, Championnat d'Europe, FIH Pro League) et ont occupé la place de numéro 1 mondial (ils sont aujourd'hui N.2 derrièe l'Australie). Seul l'or olympique manque encore au palmarès. Après l'argent de Rio 2016, le couronnement ultime est bien entendu l'espoir des JO de Tokyo.

"Nous sommes très ambitieux mais aussi réalistes", explique Arthur Van Doren. "Vous pouvez jouer très bien et perdre quand même aux Pays-Bas aux tirs au but, comme lors des championnats d'Europe. Il y a simplement de très bonnes équipes dans le hockey international. Nous sommes l'un d'entre elles. Bien sûr, nous croyons en nos chances et nous vendrons notre peau très chèrement. Mais c'est une utopie de dire que nous allons prendre le titre en sifflotant."

L'entraîneur national Shane McLeod, qui quittera l'équipe après les Jeux après six années à sa tête, a réservé une surprise dans sa sélection de 16 joueurs qu'il a annoncée récemment. Thomas Briels, qui a été le capitaine de l'équipe pendant des années, n'est plus que réserviste et pourrait donc ne pas participer à ses quatrièmes Jeux Olympiques. Van Doren, qui n'a connu que Rio, admet qu'il ne l'a pas vu venir non plus. "C'était effectivement une surprise mais cette équipe joue ensemble depuis si longtemps, tout le monde connaît les qualités de chacun et à l'avant nous avons tellement de talent. C'est ce qui est ennuyeux dans le sport de haut niveau. Mais j'ai beaucoup de respect pour la façon dont il gère cela et je suis convaincu qu'il continuera à tout faire pour l'équipe, comme il l'a toujours fait." Van Doren lui-même a connu une excellente saison au service du HC Bloemendaal. L'Anversois est devenu champion avec son club, a remporté la prestigieuse Euro Hockey League et a été nommé joueur de l'année aux Pays-Bas. Il veut poursuivre cette grande forme avec l'équipe nationale. "J'ai eu du mal après la saison avec quelques maux, mais ils sont derrière moi et la grande forme arrive", souligne le défenseur, qui a été sacré meilleur joueur du monde en 2017 et 2018.

"Je suis heureux où j'en suis et surtout d'où l'équipe se situe. C'est la chose la plus importante." Après leur titre mondial fin 2018 en Inde (le premier dans un sport collectif olympique en Belgique), les Red Lions ont été accueillis par une foule en délire sur la Grand Place de Bruxelles. Van Doren tient à ce qu'un tel scénario se répète.

"Espérons que nous ferons tout ce que nous pourrons pour être aussi bons que possible à Tokyo et ce qui viendra sera toujours une fête. Espérons que nous pourrons obtenir l'occasion de revenir sur la Grand-Place, mais concentrons-nous sur le processus et un peu moins sur ce qui peut en résulter."

Belga

Toutes les nouvelles

Encore 184 jours jusqu'aux
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Vuokatti 2022