Pieter Timmers, vice-champion olympique et papa de Jutta

En 2016, dans l’Olympic Aquatics Stadium de Rio, il a écrit l’histoire, en 47 secondes et 80 centièmes, comme premier médaillé dans le bassin olympique depuis la médaille d’or de Fred Deburghraeve en 1996. Le 26 juin 2017, Il est devenu papa pour la première fois. Recevra-t-il un cadeau pour la Fête des Pères ?

Depuis presque un an, Pieter Timmers et sa femme Elle De Leeuw sont les heureux parents d’une petite Jutta.

“Jutta va très bien. C’est un bébé souriant et dynamique, presque déjà une fillette maintenant qu’elle a 10 mois” confie Pieter Timmers. “Un petit monstre qui demande énormément d’attention. C’est une joie de la regarder même si parfois elle pourrait être plus calme (rires).”

De nombreux parents l’ont déjà vécu, un enfant change la vie mais comment l’arrivée de Jutta a-t-elle changé la vie d’un vice-champion olympique? Comment concilier un travail de sportif de haut niveau avec la paternité?

“Comme prévu, son arrivée a été un grand bouleversement. Á peine deux semaines après sa naissance, je partais aux CM à Budapest (Hongrie), très bien préparé et même avec des meilleurs temps à l’entraînement qu’aux Jeux Olympiques. Mais les nuits blanches et toute l’agitation des deux premières semaines ont été fatales! Tous disent que chaque parent se bat la première année sans parler des deux premières semaines et je n’ai pas fait exception, vice-champion olympique ou non. J’ai peut-être gagné l’argent mais je ne suis pas Superman.”

Une bonne organisation et un agenda bien rempli

“Toutefois, comme toujours et ce dès le début, nous avons organisé notre agenda le mieux possible. Le matin, je m’entraîne plus tard que les autres : plus de 6 à 8 heures mais de 9 à 11 heures. Je peux ainsi mieux me reposer la nuit et je peux même encore amener Jutta à la crèche. Le soir, comme je suis à l’entraînement, c’est ma femme qui va la rechercher. Nous mangeons plus tard, après avoir mis Jutta au lit. Je fais autant de compétition et de stages qu’avant, même avec l’agenda de natation de cette année. Il n’est pas toujours facile de combiner mais je dois dire que cela se passe bien. Professionnellement, je continue à progresser : quelques mois après sa naissance, j’ai gagné l’argent aux CE et, il y a quelques semaines, j’ai battu plusieurs de mes records personnels. Même quand je suis à l’étranger, Jutta me voit plusieurs fois par jour grâce à Skype et à des petites vidéos.”

Le 10 juin ce sera la Fête des Pères. En Belgique, les papas sont mis à l’honneur chaque deuxième dimanche de juin. Comment célèbrera-t-on la Fête des Pères chez les Timmers ?

“Fête des Pères, heureusement que vous le dites (rires)! Cela m'avait échappé! Je ne sais pas s’il y a quelque chose de prévu, on verra. Vous pouvez lui demander mais elle ne vous répondra rien de plus que "papa, maman, balle ou singe", c’est tout ce qu’elle sait dire pour l’instant (rires).

Voilà à quoi ressemble l’agenda de papa Pieter Timmers dans les prochains mois :

“Je viens juste de terminer un stage et il y a les qualifications pour les CE maintenant donc je continue les entraînements jusqu’aux CE de Glasgow début août. Au programme fin juin, il y a l’entraînement à Rome et puis la dernière ligne droite avant les championnats de cet été, deux semaines de stages. Ensuite je continue l’entraînement pour nager aux World Cups. Je n’aurai mon prochain break qu’en octobre.”

Toutes les nouvelles

Encore 209 jours jusqu'au
Jeux Européens Minsk 2019