Quoi d’neuf docteur ?

Olivier Henry est le médecin de la délégation du Team Belgium à Buenos Aires. Il est accompagné par quatre kinésithérapeutes : Ine Slegers, David Bombeke, Mathieu Gram et Taoufik Kiass. Le staff médical est plus que nécessaire à l’encadrement des athlètes, tant pour prévenir des blessures que pour favoriser la récupération.

Arrivée à Buenos Aires avec le reste de la délégation, l’équipe médicale a déjà trouvé ses marques dans les appartements du Team Belgium. « L’installation se passe très bien. On fait avec les moyens du bord. Les locaux ne sont pas immenses mais on s’est donné les moyens de travailler convenablement », analyse Olivier Henry.

Pour en arriver là, il a fallu utiliser l’espace de la manière la plus totale qui soit. « On a réduit au maximum les espaces morts », explique le médecin. « On a pu installer trois tables de kiné, et actuellement il y a trois kinés qui travaillent, donc ils travaillent côte à côte. Et ça ne dérange pas trop les athlètes qui sont habitués à vivre et bénéficier de soin dans la promiscuité. »

Cette situation ne dérange pas les athlètes et est plutôt bénéfique à l’entente générale du Team Belgium. « Je vois effectivement qu’après trois jours il y a déjà des relations qui sont bien installées entre les garçons et les filles mais aussi entre différents sports et c’est très sympa pour l’image du Team Belgium. »

Pour cela, il fallait une équipe médicale qui puisse s’accommoder d’une telle situation. « On travaille avec des gens qui ont de l’expérience, qui ont déjà vécu des Jeux Olympiques, des Jeux Européens, des EYOF, donc ils ont l’habitude de s’adapter à des situations moins confortables que dans leurs pratiques privées. La plupart a déjà travaillé ensemble ou s’est déjà vu, ce qui permet une collaboration assez naturelle. D’ailleurs l’atmosphère pour l’instant est très bonne et les perspectives sont très favorables. »

Une organisation spécifique pour les compétitions
Avec 32 athlètes en compétition, il sera difficile aux cinq membres de l’équipe médicale d’être présente partout. Mais il y a surtout certains sports qui nécessitent une attention plus particulière. « Pour les compétitions, on va essayer de donner la priorité aux sports à risques. Je pense d’abord aux sports de combat : taekwondo, karaté et judo. Là on risque un incident à tout moment, donc j’essayerai d’être présent », indique Olivier Henry. « Ensuite il y a par exemple le basketball où il y a pas mal de traumas. Et puis des sports où certains athlètes se sont occasionnés des petits bobos au mois de septembre, et dans ces cas-là on fait un suivi de la revalidation en quelque sorte, et on doit voir si la présence d’un kiné lors des compétitions est possible et souhaitable. »

L’équipe médicale du Team Belgium est bien rôdée tant par son organisation que par son expérience, c’est pourquoi les athlètes du Team Belgium sont entre de très bonnes mains.

Toutes les nouvelles

Encore 44 jour jusqu'au
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Frioul-Vénetie julienne 2023