81
Jours jusqu'aux Jeux Olympiques d'Hiver - Pyeongchang 2018

Sports d'équipe: ambitions olympiques!

Deux médailles d’argent pour le hockey belge à l’Euro, le bronze à l’Euro pour les Belgian Cats, nos basketteuses… Les équipes belges ont le vent en poupe et ne cachent désormais plus leurs ambitions olympiques. Pour le Président du COIB, Pierre-Olivier Beckers, c’est un 'plus' incroyable pour la délégation olympique et pour le sport en Belgique en général.

A Pékin en 2008, les équipes belges (en hockey sur gazon et en football) ont signé leur retour au Jeux Olympiques après 32 ans d’absence. Depuis lors, il y a eu au moins une équipe dans chaque délégation. Le hockey s’est distingué en remportant la première médaille olympique pour la Belgique dans un sport d’équipe depuis 1936, c’était en waterpolo.

Pour Pierre-Olivier Beckers, ça n’a rien de surprenant : « Après avoir manqué la qualification pour les Jeux d’Athènes en 2004, Marc Coudron, tout juste élu à la tête de l’ARBH, et son conseil d’administration ont mis en place un plan et une stratégie solides. » A l’entame de sa présidence à la tête du COIB, placer une équipe aux Jeux est également une des priorités de Pierre-Olivier Beckers. « Grâce au soutien du COIB, l’ARBH a pu dénicher des sponsors privés pour développer son plan. Et depuis 2012, il y a également l’important soutien des Communautés. Et à chaque succès engrangé, Marc et son équipe ont placé la barre encore plus haut pour donner le résultat que l’on connaît à Rio. »

Et le président du COIB est convaincu que d’autres sports d’équipe peuvent suivre l’exemple du hockey : «le Football, le volley-ball, le basketball,… Les places de qualification en Europe sont par contre extrêmement limitées pour ces deux sports, ce qui leur rend la tâche encore plus compliquée. » poursuit-il. « Mais pourquoi ne verrait-on pas à long terme des équipes de handball ou de rugby ? Et puis il ne faut pas oublier les équipes composées, comme les relais en athlétisme ou encore en natation. »


Pas d’idoles inaccessibles

Avoir une ou plusieurs équipes dans une délégation olympique peut-être très avantageux selon Pierre-Olivier Beckers : « Une équipe, de par sa culture d'entraide et de solidarité amène un esprit positif à l'ensemble d'une délégation olympique. C'est crucial pour le moral de tous les athlètes et coaches. Ceci a été démontré avec succès depuis Pekin. Les sports d'équipe sont à même d'enthousiasmer tout un pays pendant toute la durée des Jeux de par la longueur d'un tournoi. Et enfin, une équipe permet d’ériger des ponts entre les différentes communautés de notre pays. »

Le président du COIB voit également d’énormes avantages aux sports d’équipe et aux équipes composées au niveau olympique. « Regardez les Red Lions : leur succès amène de plus en plus de membres dans les clubs de hockey, tout comme en athlétisme avec les récents succès de Nafi Thiam. Et puis, en hockey, les joueurs ne sont pas non plus des idoles inaccessibles. Vous pouvez les rencontrer toutes les semaines en club. Et les valeurs comme le plaisir, l’éthique et le fair-flay en font un sport très attrayant pour les familles. J’ai d’ailleurs pu le constater moi-même puisque mes trois fils jouent au hockey depuis 25 ans. »

Pour Pierre-Olivier Beckers, le sport de haut niveau « ne doit pas être considéré comme une activité d’élite qui ne profite qu’à quelques athlètes. Le succès des sports d’équipe prouve l’importance d’une politique sportive pyramidale où les succès du haut niveau inspire les jeunes et moins jeunes à faire du sport », conclut-il.