High Performance Manager: créer un cadre permettant aux athlètes de prester au plus niveau

Bob Maesen et Philippe Préat sont tous deux High Performance Managers au COIB. Ils y renforcent l’équipe Elite Sports. Sur le terrain, ils suivent la sélection, la préparation et l'encadrement des meilleurs athlètes belges. “Notre rôle principal est de traduire, ensemble avec les directeurs techniques des fédérations et des ligues, la vision stratégique du département Elite Sports en plans et en objectifs opérationnels afin de créer un cadre permettant aux athlètes de prester au plus haut niveau.” 

Les High Performance Managers ou HPM sont les points de contact directs avec les fédérations, principalement à travers les directeurs techniques. Dans les plus petites fédérations, ces contacts peuvent être davantage orientés vers les coachs ou les athlètes.  

Pour arriver à analyser correctement les performances des athlètes et pouvoir situer les préoccupations sur le terrain, il est indispensable que les HPM aient et maintiennent un bon contact avec les athlètes, les coachs et les directeurs techniques des fédérations. 

Analyser les performances et les résultats 
Le job du HPM consiste en partie à analyser de manière holistique, sur base de faits et de chiffres, les performances mais aussi les processus au sein des environnements de performance. Les résultats sont bien évidemment un facteur important dans le sport de haut niveau mais il est tout aussi important d'analyser le processus qui se cache derrière la performance. 

Ces analyses sont réalisées à différents niveaux et sur base, par exemple, des résultats obtenus lors des compétitions. Ces résultats sont ensuite cartographiés à l'aide de différents outils et peuvent aussi faire l'objet d'un benchmark. Pour ce faire, le COIB fait appel e.a. à Gracenote, société qui analyse et compare les résultats sportifs et fournit les outils nécessaires, mais aussi à la propre expérience de terrain des HPM. 

“Les analyses pratiquées au sein de Be Gold en sont un exemple. En collaboration avec les partenaires du sport de haut niveau, Sport Vlaanderen, l’Adeps et Ostbelgien, des analyses sont réalisées sur certaines trajectoires de développement avec pour objectif un futur top 8 aux Jeux Olympiques. 

Collaborer avec tous les partenaires du sport de haut niveau en Belgique 

Le rôle du HPM consiste également à travailler en collaboration et en concertation avec tous les partenaires du sport de haut niveau en Belgique Sport Vlaanderen, l’Adeps, Ostbelgien. 

Nous partageons et échangeons sur nos analyses et nos points de vue en matière de sport de haut niveau et nous conseillons les fédérations sur base de ces analyses. Le COIB s'efforce en permanence de travailler en toute transparence avec l’ensemble des partenaires du sport de haut niveau afin d’arriver à des décisions communes. 

Stages olympiques et compétitions internationales 
Les HPM encadrent nos délégations pendant les Jeux Olympiques. La manière dont ils opèrent sur le terrain dépend de l'organisation des Jeux elle-même.  

“À Tokyo, par exemple, nous avions principalement un rôle de suivi sportif; nous traduisions les besoins sportifs des athlètes pour les Games Managers ou GM. À Pékin, notre rôle était plutôt opérationnel. Mais la gestion opérationnelle ne relève pas par définition du rôle d'un HPM mais plutôt de celui d’un GM.  

“À Tokyo, nous avons suivi toutes les compétitions. Nous étions également présents dans le village olympique. Tout ce qui s'est passé là-bas et la façon de travailler des différentes équipes, nous l’avons évalué après les Jeux pour, en final et en concertation avec les directeurs techniques, arriver en toute transparence à une évaluation définitive. 

“Les HPM jouent également un rôle majeur lors des compétitions internationales comme les CM, les CE ou les Coupes du monde. Le suivi porte alors généralement sur un sport en particulier. Toutefois, le rôle du HPM garde les mêmes composantes. Au cours des compétitions, nous échangeons avec les directeurs techniques des fédérations, les coachs et aussi les athlètes. Il est impératif de faire preuve de suffisamment d’objectivité et de garder ses distances. Bien sûr, on ne veut pas avoir d’impact à un moment clé, au moment où l’athlète doit être performant. Il est primordial d’observer pour identifier et connaître les besoins de l'athlète et les respecter. Sous réserve d’un problème, nous sommes alors en mesure d’intervenir et cela peut apporter une valeur ajoutée mais le rôle principal lors de compétitions de ce niveau revient aux directeurs techniques ou au ‘program driver’.”  

Pendant les stages olympiques, les HPM travaillent en étroite collaboration avec les GM. Avec pour objectif de réunir l’ensemble des athlètes éligibles en vue d’une participation aux Jeux Olympiques avec leur encadrement et leur offrir, dans un environnement haute performance, les meilleurs conditions d’entraînement possibles. Sur place, les HPM encadrent les athlètes et apportent, avec l’appui des GM, le soutien logistique et scientifique nécessaire pour que les athlètes puissent se concentrer sur leur sport grâce à des programmes sur mesure’. 

Olympic Coaching Platform 
Le COIB souhaite mettre en place un processus de préparation optimal pour les Jeux Olympiques et dans cet objectif, a mené une enquête auprès des coachs et des directeurs techniques qui a permis d’identifier leurs besoins et de développer un programme adhoc pour la prochaine Olympiade.  

Dans le cadre de l’Olympic Coaching Platform, nous organisons des meetings avec les coachs sur une base régulière. L’Olympic Coaching Platform a été lancée à l’initiative du COIB en collaboration avec les communautés, avec pour mission de réunir tous les experts du sport de haut niveau et les inviter à partager leurs compétences et leurs connaissances autour de thèmes spécifiques avec les communautés et les coachs dans le but d’optimaliser la préparation aux prochains Jeux Olympiques de Paris 2024. 

“C’est toujours bien de voir les choses à travers les yeux de l'autre. 
Bob Maesen, lui-même kayakiste olympique, a participé à trois Jeux Olympiques: Sydney 2000, Athènes 2004 et Pékin 2008. À son palmarès, une cinquième place dans le K2 100m à Athènes et une médaille d’argent aux CM de 2003 à Gainesville, dans les deux cas avec son co-équipier Wouter D'Haene. C’est en avril 2012 qu’il mit un terme à sa carrière d'athlète de haut niveau.  

Avant de rejoindre le COIB, Bob Maesen a travaillé comme coach et ensuite comme directeur technique du sport de haut niveau au sein de la Vlaamse Kano & Kajak Federatie. En août 2019, aux CM de kayak à Szeged, en Hongrie, il a encadré et emmené Hermien Peters et Lize Broekx dans le K2 500m jusqu’à la quatrième place, leur permettant ainsi de décrocher l’un des tickets olympiques tant convoités pour Tokyo 2020.  

Mon parcours d'athlète olympique, puis de coach et de directeur technique au sein de la Fédération de kayak apporte une grande valeur ajoutée à mon rôle de High Performance Manager. 

Bien sûr, le sport de haut niveau est synonyme de ‘high performance’ avec, au centre, le bien-être de l'athlète. Quelle que soit votre fonction, je pense qu’il est important de se mettre à la place de l'autre. C’est toujours bien de voir les choses à travers les yeux de l'autre. Dans mon rôle de HPM, c’est vraiment valorisant.” 

 




Toutes les nouvelles

Encore 47 jour jusqu'au
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Frioul-Vénetie julienne 2023