​Karin Donckers: 6 souvenirs olympiques

Entre 1992 (Barcelone) et aujourd'hui, elle a participé à tous les Jeux à l'exception d'Atlanta en 1996. Pour les prochains Jeux, elle a gagné une place de quota individuel en concours complet pour la Belgique. Si Karin Donckers est sélectionnée pour Tokyo 2020, cela signifierait pour elle une 7ème participation aux Jeux Olympiques. C'est tout autant que Jean-Michel Saive et Frans Lafortune qui détiennent ce record belge. Rétrospective sur une carrière olympique.

Karin Donckers: "La place obtenue est une place pour la Belgique. La fédération a maintenant conclu un accord selon lequel le cavalier qui a gagné la place aura la préférence. Sous réserve, évidemment, de la bonne condition physique du cavalier et du cheval."

Barcelone 1992
Lors des Jeux de Barcelone, Karin et son cheval Britt de 14 ans se sont surpassés et ont décroché une 8e place individuelle au classement mondial. L'équipe belge a obtenu une 4e place au classement par nation. Cette année-là, Karin a été nommée Sportive de l'année et Britt désigné cheval de l'année en Belgique.

"J'avais 21 ans lorsque j'ai participé à mes premiers Jeux Olympiques à Barcelone en 1992. Le jour J arrive, tu y vas sans vraiment te rendre compte de ce que tout cela représente, tu es jeune, tu ne réfléchis pas trop, tu te lances et tu t’accroches. Expérience impressionnante, pleine d’incertitudes. Oui, cette première fois reste toujours la plus originale. D’autant que nous venions de rater une médaille par équipe. Je me souviens que le cheval australien était limite lors du contrôle. C'était assez prenant, le jury a douté, un second contrôle et finalement le cheval a quand même été admis.

Dans le cas contraire, nous aurions en fin de compte terminé en 3e position. En individuel, j’ai vraiment assuré à Barcelone."

Atlanta 1996
"Pour Atlanta, nous étions tous prêts à partir; nous avions une place en équipe. Le vétérinaire en a alors décidé autrement pour des raisons de sécurité. Les tests à l’effort réalisés à l'Université de Liège avaient entre-temps démontré que 3 chevaux n'étaient pas en condition pour performer dans la chaleur."

Sydney 2000
2000 a été une année malchanceuse pour la cavalière. À l'approche des Jeux, en février, un incendie s'est déclaré dans ses écuries. Les chevaux ont été sauvés des flammes, mais 5 d’entre eux se sont échappés de la prairie dans un mouvement de panique et sont morts sur l’autoroute à proximité. L'un d’eux, Better Times, avait déjà satisfait aux critères de sélection. La fédération a immédiatement proposé son aide et mis un cheval à disposition de Karin Donckers qui s'est qualifiée.

"2000 a vraiment été une année désastreuse. A Sydney, ensemble avec Gormley, nous avons dû faire face à bien des revers.

Lors du tout dernier steeple-chase disputé dans le concours complet, Gormley a laissé pendre une jambe et est tombé à genoux. La chute fut inévitable. Résultat: fracture vertébrale par compression (T7). Au cours de ma longue réhabilitation, je me suis souvent demandé si j'allais continuer dans le sport de haut niveau. Les écuries avaient brûlé, mes 5 bons chevaux n'étaient plus là... C'était une période plutôt difficile. 2000 a réellement été une année à oublier au plus vite."

Athènes 2004
"Je me souviens surtout du vent à Athènes. Gormley n'a pas vraiment apprécié. Mais nous avons bien performé. En équipe, nous étions 7èmes et en individuel, j'ai terminé à la 16e place."

Pekin 2008
Lors de ses 4èmes Jeux Olympiques à Pékin 2008, Karin Donckers s'est classée 9e avec Gazelle de la Brasserie.

"Les Jeux de Pékin ont été les plus chauds, une nouvelle expérience extrême pour moi. Il y avait aussi beaucoup à faire en matière de pollution, je me souviens. Les compétitions de sports équestres se déroulaient à Hong Kong, à 3.000 km de Pékin. Ces Jeux ressemblaient donc davantage à une compétition internationale. Toute la fête olympique - le village olympique, le top des athlètes mondiaux dans les autres disciplines – m’a échappé. Et c'est exactement ce que je trouve de si spécial dans les Jeux Olympiques. J'ai fait une belle compétition à Pékin; je pense que c'était la meilleure épreuve de dressage de ma vie.

En raison de la chaleur, les chevaux n'étaient autorisés à sortir des écuries qu'entre 4h30 et 10h du matin. Ensuite, ils devaient y rester jusqu’à 17h00 environ. Je me souviens qu'à 23h30, j'étais la dernière à passer. Mon cheval n’était pas habitué à cela, mais bon, j'étais bien préparée.  A cette heure-là, toutes les équipes de nettoyage se sont mises au travail et cela a fait un bruit gênant sur le gravier; les lumières étaient déjà éteintes sur certaines pistes.  Au début, j'ai senti que Gazelle n'était pas très à l'aise et qu'elle était moins concentrée sur le parcours. J'ai alors commencé à lui parler "pas maintenant, allez, concentre-toi" et finalement, ce fut ma meilleure compétition de tous les temps. Une expérience incroyable. Au moment de saluer après la compétition, j'ai senti que Gazelle appréciait la foule et les applaudissements."

Londres 2012
Lors des Jeux équestres mondiaux de 2010 dans le Kentucky (États-Unis), Karin Donckers a obtenu le meilleur classement de sa carrière, une 4e place avec Gazelle de la Brasserie, feu vert pour ses 5èmes JO, à Londres où elle a terminé à la 15e place.

"Avant Londres, mon meilleur cheval s'était blessé mais il a retrouvé la forme juste à temps pour se qualifier. Gazelle avait déjà 18 ans, ce qui est beaucoup pour un cheval. J'avais également deux autres chevaux à l'époque, mais ils étaient trop jeunes. Une période assez prenante. C'était aussi un parcours difficile à Londres, avec beaucoup de courbes. Ce n'était pas le parcours le plus approprié pour Gazelle et son âge ne jouait pas en sa faveur. Mais elle a bien assuré, j'avais seulement l’impression qu’elle était capable d’aller plus loin."

Rio 2016
"Rio a été une grande déception. J'avais réalisé un bon dressage avec Fletcha, mon nouveau cheval qui avait déjà obtenu la 5e place en individuel aux Championnats du monde. Nous attendions beaucoup de Fletcha, il était jeune, en pleine forme, vraiment un super athlète. Plus performant que Gazelle. J'ai peut-être commencé avec un peu trop d’enthousiasme, je n'ai pas assez écouté mon cheval et je suis tombée. Je n’en ai pas été bien pendant longtemps. J'ai ainsi appris que les chevaux ne réagissent pas tous de la même manière et que Fletcha, avec ses grandes qualités athlétiques, devait être monté avec plus de finesse que Gazelle ou Gormley. C’est comme une Formule 1, il faut doser sa conduite en permanence. Avec Fletcha, il fallait adapter mon comportement et c’est ce que j’ai fait."

Tokyo 2020
La cavalière belge montera également Fletcha à Tokyo. D’ici aux Jeux, il y a encore 3 compétitions internationales au programme. Ensuite, les chevaux devront être mis en quarantaine avant d'être autorisés à partir pour Tokyo.

"J'ai un bon pressentiment. J'ai maintenant 30 ans d'expérience dans le sport de haut niveau, je connais aussi de mieux en mieux Fletcha. Bien sûr, Tokyo n'est pas une destination ordinaire. Nous devons attendre et voir comment les chevaux vont digérer ce vol longue distance et comment ils vont réagir au climat. En mai, les chevaux passeront des tests à l’effort à Liège. Pour moi, Tokyo est un objectif de toute façon; j'ai donné et continuerai à donner le maximum pour être sélectionnée et pour performer au mieux. J'espère me classer dans le top 10 ou le top 8 avec Fletcha. Cela devrait être possible."

Toutes les nouvelles

Encore 238 jours jusqu'aux
Jeux Olympiques d'été Tokyo 2020